Une terre d'histoire

L’Histoire de Cransac est marquée par trois grandes périodes durant lesquelles chacune des trois richesses de son sous-sol a été exploitée : les eaux curatives, le charbon de terre, les gaz thermaux.

Les étuves naturelles des établissements thermaux
Les étuves naturelles des établissements thermaux

Cransac-Les-Eaux jusqu'au 19ème siècle : un bourg rural réputé pour ses eaux curatives

Bâti au pied d’une montagne « que dévore depuis des millénaires un feu souterrain », Cransac-Les-Eaux est un petit village d’environ 500 habitants où l’agriculture est l’activité dominante.

Durant cette période, les eaux curatives ont une grande renommée. Deux sources sont réputées pour leurs vertus (traitement des maladies du foie notamment), on vient les boire et prendre des bains curateurs.

Des gaz naturels chauds sont eux aussi présents pour le soin des rhumatismes.

Mais il n’existait pas d’établissement thermal à cette période : seulement de petites cabanes en bois, des étuves, déplacées à même le flan de la colline selon le lieu d’émanation des gaz.

Commerces et hôtels accueillent ainsi jusqu’à 5000 curistes par an.

Le carreau de la mine de Cransac
Le carreau de la mine de Cransac

Cransac-Les-Mines de 1880 à 1962 : une ville industrielle

La révolution industrielle du 19ème siècle entraîne une exploitation minière intense pendant un siècle qui apporte un essor économique, démographique, jusqu’à 7000 habitants au début du 20ème siècle,   une transformation profonde des habitudes ainsi qu’un bouleversement total de l’environnement. Des galeries sont creusées, des découvertes et une trentaine de puits de mine voit le jour.

L’activité thermale ne disparaît jamais vraiment mais se transforme. Tandis que les sources disparaissent, les étuves sont encore fréquentées chaque année par quelques centaines de personnes.

Mais cette période prospère sera de courte durée. La création de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, et dans le même temps l’avènement du pétrole, entraîne une restructuration de la production charbonnière. Elle se traduit à Cransac par l’annonce de la fermeture des mines en 1961 ; vont suivre alors des mouvements de grèves intenses.

La reconversion industrielle semble la meilleure solution pour maintenir l’emploi et la démographie de Cransac. Malgré les aides financières accordées, les usines sont peu nombreuses à s’implanter et périclitent rapidement.
De nouveau, la démographie et les paysages subissent une transformation.

Le parc thermal, ancien carreau de la mine
Le parc thermal, ancien carreau de la mine

Cransac-Les-Thermes de 1963 à aujourd'hui : une cité thermale qui rend hommage à son histoire minière

Dès la fermeture des mines, quelques pionniers se lancent dans une nouvelle aventure : la relance du thermalisme. Un établissement est construit en 1963, les gaz sont désormais acheminés jusqu’aux thermes. Les gaz de la « montagne qui brûle » permettent ainsi toujours de soigner arthrose et rhumatismes.

L’affluence croissante de curistes s’accompagne de  la construction d’un nouvel établissement thermal en 2003.

La reconversion de la ville minière en ville thermale et touristique s’illustre également dans l’aménagement urbain.

Aujourd’hui, Cransac-Les-Thermes poursuit son évolution en tant que ville thermale tout en valorisant son passé minier.

Ainsi, la ville a obtenu en 2012 le label station classée de tourisme qui lui permet de poursuivre et de développer sa démarche touristique, économique et culturelle.